GARABANDAL:  PHOTOS -2

   
Le sabotier au travail et le retour des foins: les occupations de Garabandal sont celles d'un village ordinaire.


Jacinta et son troupeau de chèvres avant le départ en montagne.




Les travaux de la fenaison rendaient particulièrement pénibles les longues jour-nées de ce début d'été. Ici, Loli aux foins dans la montagne (complètement a droite).
 
 
Vue du Cuadro vers le village. Autre endroit privilégié et préférentiel de la Vierge pour ces enfants. Une plaque (à gauche) a été apposée en 1975 à côté de l'endroit ou en extase, ont eu la première apparition de la Très Sainte Vierge le 2 juillet 1961; c'est également là que Conchita a reçu le message du 18 juin 1965. Et c'est un peu plus bas, à la hauteur de la fin du mur après le tournant, que les fillettes eurent la première vision de l'ange le 18 juin 1961.

    
Les quatre voyantes: Mari-Cruz, Conchita, Jacinta, et Loli.
<>
<>
<>
<>  Loli, Jacinta et Mari-Cruz (en bas) au Cuadro, « en classe » avec leur Mère et Maîtresse... Elles reçoivent les multiples leçons sur le contenu du message qui sera publié le 18 octobre pour le Salut de tous.

 
      
 Les mêmes, toujours au Cuadro, lors d'un très heureux moment avec leur Mère du Ciel: « Nous Lui disions tout ». Autour de ces petites en pleine lumière, l'obscurité est déjà tombée sur ceux qui se poussent à l'entour du Cuadro.
  
 

Au cours des extases, elles passaient par des alternatives contraires. Tantôt très sérieuses, fixant leur attention sur les leçons et avis qui leur étaient sûrement donnés, tantôt se montrant avec la plus sereine et ineffable joie, comme répondant sans doute aux gestes et paroles de maternelle compréhension et d'amour que la Vierge avait avec elles. Ce sont ces moments pendant lesquels elles semblent transportées dans un monde lumineux de mystère que recherchent les visiteurs. Ici, elles
apprennent à réciter le chapelet. Ne semblent-elles pas indifférentes à tout ce qui les entoure?


 
Les voici, ici, toujours au Cuadro, un petit morceau de ciel, un coin de paradis comme l'appelle Conchita. A droite, on aperçoit le mur de pierre qui limite le pré voisin; sous les genoux nus l'empierrement irrégulier et rugueux de la « calleja »; sur les côtés le tronc qui protège des curieux.

         
  Les gens sur le mur, au Cuadro, durant une extase dans la journée. Si le site des Pins est beau et attirant, le chemin d'accès est par contre difficile... comme celui qui mène à la Vie. Que de fois les petites le parcoururent en extase, avançant, reculant, montant, descendant, en marche vers l'avant ou à reculons, les yeux vers le ciel, à des vitesses incroyables, sans trébucher ni glisser une seule fois, de jour ou de nuit!

 

         
Après le chapelet à l'église, marches extatiques de nuit à travers le village; les visiteurs et les habitants suivent.


 
Détail très intéressant des marches extatiques: la marche à reculons. Jacinta et Loli descendent des Pins sans une seule chute sur les cailloux de la calleja, glissants et boueux.


Autre procession nocturne, ici, départ de l'église.

 

Au retour des Pins, Jacinta, Conchita et Loli font le tour de l'église comme en procession tout en « voyant » et en priant.

La marche de prière se termine devant la porte fermée de l'église: chacune donne, à son tour, un baiser à la Maman et reçoit le sien...



 
<>Toujours marche de prière et de pénitence par tous les chemins ou détours du village, à la lumière du Ciel, ou de la lune, ou des piles électriques de ceux qui les accompagnent. Le chemin sûrement le plus foulé est celui qui est aux environs de l'église...

<>

 

  Marches extatiques: diverses expressions de Jacinta, Conchita et Loli. Remarquez (en haut) le crucifix que chacune tient entre ses mains; il en était ainsi à chaque fois: elles prenaient le crucifix lors des « appels ».


   
Conchita, au cours de cette même marche extatique se signe de la Croix qu'elle porte en sa main, avant, sans doute, de la donner à baiser à la Très Sainte Vierge, de l'embrasser elle-même et de la présenter aux lèvres de qui lui sera désigné par la Vierge.

 


Les trois mêmes devant la porte fermée de l'église avant de recevoir le baiser maternel de la Très Sainte Vierge; dernière conversation intime de la journée.
   
<>Jacinta se hisse le plus possible sur la pointe des pieds pour présenter un billet (de demande de grâce) à la Vision, ou une image à son baiser...

plus ------> PHOTOS - 3