LA DERNIÈRE APPARITION

    Le 30 octobre 1965, Conchita étant allée visiter le Saint-Sacrement à l'église de Garabandal, eut une locution de la Vierge qui lui demanda d'aller aux Pins le 13 novembre pour la voir, et pour lui apporter beaucoup d'objets religieux afin qu'elle les baise. « Mon Fils, par ces objets, fera des prodiges, lui dit-elle.»[Un prêtre espagnol affirme que les conversions obtenues par les objets baisés seraient impossible à compter.]

    Voici comment Conchita relate cette dernière apparition: « ... J'avais un grand désir qu'arrivé ce samedi 13 pour revoir ceux qui ont semé en moi le bonheur de Dieu: la Vierge Marie et l'Enfant-Jésus.

   

    « Il pleuvait, mais pour moi cela n'avait aucune importance de me rendre aux Pins sous la pluie [L'itinéraire qui mène de la Calleja aux Pins est maintentant jalonné par les stations d'un chemin de Croix.]...

    « J'avais sur moi beaucoup de chapelets que l'on m'avait donnés récemment pour que je les distribue; comme la Vierge me l'avait dit, je les lui apportais.

    « En montant vers les Pins, j'étais seule. Et je marchais en me disant, prise d'un très grand repentir de mes défauts, que désormais je n'y tomberais plus, car j'étais gênée de me présenter devant la Mère de Dieu que mes défauts font tant souffrir ; et je crois que j'ai de grands défauts, bien que j'aie vu la Vierge.

    « Arrivée aux Pins, je me mis à sortir les chapelets que je portais sur moi. J'entendis alors une voix très douce — bien sûr, la voix de la Vierge se distingue tellement des autres! — qui m'appelait par mon nom, et je répondis: Qu'y a-t-il? Et je la vis avec l'Enfant-Jésus dans les bras. Elle était vêtue comme d'habitude et toute souriante. Je lui dis: je suis venue t'apporter les chapelets. Elle m'a répondu: c'est ce que je vois.

    « J'avais du chewing-gum dans la bouche, mais je ne le mastiquais plus, je l'avais glissé derrière une dent. La Vierge m'a dit: " Conchita, pourquoi ne laisses-tu pas ton chewing-gum et n'offres-tu pas cela en sacrifice pour la gloire de mon Fils?"

    « Honteuse, je l'ai enlevé et l'ai jeté à terre.

    « Ensuite elle m'a dit: " Te souviendras-tu de ce que je t'ai dit le jour de ta fête? Que tu souffriras beaucoup sur la terre. Eh bien, je te le redis. Aie confiance en nous. Offre tout à Nos Cœurs pour le bien de tes frères. Ainsi nous t'aiderons et tu Nous sentiras près de toi."

    « Je lui ai dit: " Que je suis indigne, Notre Mère, de tant de grâces reçues de vous! Et aujourd'hui encore, vous venez à moi pour rendre plus légère la petite Croix que je porte actuellement."

    « Elle me répondit: "Conchita, je ne viens pas seulement pour toi, je viens pour tous mes enfants, désirant les rapprocher de Nos Cœurs. Donne-moi à baiser tout ce que tu apportes."

    « Je lui ai donné ce que j'avais apporté. J'avais également un crucifix avec moi. Elle l'a baisé et m'a dit: "Passe-le dans les mains du Petit Jésus." C'est ce que j'ai fait. Il n'a rien dit. J'ai dit alors à la Vierge: "Est-ce que j'emporterai cette croix au couvent?" Mais elle ne m'a pas répondu.[A cette époque, Aniceta avait autorisé sa fille à se faire religieuse.]

    « Après avoir baisé tous les objets que j'avais offerts à la Vierge, elle m'a dit: "Par ce baiser que j'ai donné à ces objets, mon Fils fera des prodiges.[En d'autres circonstances la Vierge a dit à la voyante: d'une part, que ceux qui porteront les objets baisés avec foi et confiance feraient leur purgatoire sur la terre, et d'autre part que les objets qui seraient mis au contact des objets baisés auraient le même pouvoir.] Distribue-les." C'est ce que je compte faire.

    « Après cela elle m'a demandé de lui dire les demandes que certaines personnes m'avaient confiées pour les lui présenter et je l'ai fait.

    « Elle a poursuivi: "Dis-moi, Conchita, dis-moi des choses de mes enfants, je les ai tous sous mon manteau."

    « Je lui ai répondu: "Il est très petit et nous n'y tenons pas tous." Elle a souri.

    « "Conchita, sais-tu pourquoi je ne suis pas venue moi-même le 18 juin te donner le message pour le monde? Parce que j'avais de la peine de vous dire ces choses. Mais il faut que vous les sachiez pour votre bien, si vous accomplissez le message pour la gloire de Dieu. Je vous aime beaucoup et je désire votre salut. Je désire vous réunir ici dans le Ciel, auprès du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Toi, Conchita, nous répondras-tu?"

    « Je lui ai dit: "Si je te voyais toujours, oui. Sinon, je ne sais pas car je suis très mauvaise."

    « "Fais de ton côté ce que tu peux faire. Nous t'aiderons ainsi que nos filles Loli, Jacinta et Mari-Cruz."

    « Elle est restée très peu de temps avec moi. Elle m'a dit aussi: "C'est la dernière fois que tu me vois ici. Mais je serai toujours avec toi et avec tous mes enfants." Elle a ajouté: "Conchita, tu dois visiter davantage mon Fils dans le tabernacle. Pourquoi te laisses-tu guider par la paresse à ne pas lui rendre visite? Il vous attend jour et nuit. "

    « Comme je l'ai dit, il pleuvait beaucoup, mais la Vierge et l'Enfant-Jésus n'étaient pas mouillés. Et moi quand je ne Les voyais pas, j'étais mouillée. Je dis aussi à la Vierge: Que je suis heureuse lorsque je vous vois tous Les deux! Pourquoi ne m'emportes-tu pas avec toi?

    « Souviens-toi de ce que je t'ai dit le jour de ta fête. En te présentant devant Dieu, tu dois avoir les mains pleines des œuvres que tu auras faites en faveur de tes frères et pour la gloire de Dieu. Or, maintenant elles sont vides.

    « C'est tout. Il est fini cet heureux moment que j'ai passé avec ma Maman du Ciel et meilleure amie, et avec l'Enfant-Jésus. J'ai cessé de Les voir mais non de Les sentir en moi. De nouveau Ils ont laissé en mon âme une paix, une joie et le désir de vaincre mes défauts et d'aimer de toutes mes forces Jésus et Marie.

    « Auparavant la Vierge m'avait dit que Jésus ne nous envoie pas le Châtiment pour nous tourmenter mais pour nous aider et nous reprendre, parce que nous ne faisons pas cas de Lui. L'Avertissement ne nous sera envoyé que pour nous purifier avant le Miracle, ce Miracle qui nous indiquera clairement l'amour que Dieu a pour nous. Et c'est pour cela qu'ils désirent que nous accomplissions le message.»