GARABANDAL ET L'EUCHARISTIE

    La Sainte Eucharistie, à n'en pas douter, est bien «ne des plus importantes préoccupations de Notre-Dame du Carmel à Garabandal.

    Elle a demandé dans le Message que l'on visite souvent son Fils présent dans l'Hostie. Nous venons de voir le « Signes des Signes » du 18 juillet 1962, prophétisé dès le 3 du même mois.

    Par ailleurs, si avant et après ce fameux miracle pour Conchita, l'Ange vint souvent donner aux quatre voyantes l'Hostie invisible sur la langue, n'est-ce pas parce qu'elles en étaient privées par l'éloignement du curé de la paroisse, ne célébrant la messe à Garabandal que le dimanche ou à l'occasion des rares funérailles du village?

    N'est-il pas clair pour tous que la Vierge là-bas veut nous rappeler par ces miracles répétés des communions des enfants que le « centre », le « noyau », la « source », la « fontaine » de toute vie spirituelle est très certainement l'Eucharistie visitée et surtout reçue réellement?

    Evidemment, dès le début des communions « invisibles », une grande partie du sacerdoce de passage à Garabandal en contesta la réalité.

    Ecoutons les prêtres aux prises avec les enfants.

    « L'ange ne peut pas vous communier: où prendrait-il les Hosties?» — Dans un tabernacle, sûrement, puisqu'un ange ne peut pas consacrer. »

    — Alors qui est le plus grand, l'ange ou le prêtre ? »

    — Le prêtre a plus de pouvoir que l'ange, car lui seul peut dire la messe ». (lui seul peut consacrer les hosties)