L'APOSTOLAT DE CONCHITA

    La mission essentielle des voyantes de Garabandal est d'être au milieu de nous, les « témoins » de Saint Michel et de Notre-Dame du Carmel. On vient de le voir, Conchita, pour sa part, n'y manque pas. De plus elle paraît maintenant très pressée de nous éclairer très rapidement et totalement.

    En même temps, cette adolescente qui répond peu ou pas du tout aux monceaux de lettres qu'elle reçoit, a exercé un apostolat prodigieux par l'image. Elle en dédicacé des milliers sûrement.

    Dès 1962, nous avons examiné ce travail avec minutie.

    Les quelques phrases qu'elle écrivait à la volée sur ces images correspondaient tant au verso qu'au recto, à l'état d'âme secret des intéressés. Parfois elle constituaient une véritable prophétie. Ou encore, elles étaient une leçon évangélique dont les destinataires avaient un urgent besoin. Très souvent il nous est apparu que Conchita dans ces occasions sans nombre était « inspirée » sans le savoir. Cela ressemblait à ce qu'elle a dit plus haut des petites chansons: « Cela sortait de nous, avec l'aide de la Vierge ».

    Nous avons même noté sur une série d'images, des dédicaces qui nous livrent sa doctrine spirituelle:

— Qui est Jésus? Jésus est quelqu'un qui s'est laissé clouer à la Croix pour nous racheter nous pécheurs. En outre il a laissé sa Mère pour Mère des pécheurs que nous sommes.

— Réfléchissons et méditons bien que nous mettons Jésus au-dedans de nous, misérables que nous sommes. Et que, alors qu'il est au-dedans de nous, nous osons pécher contre lui.

— Quel néant nous sommes et pourtant de quel prix? Parce que nous sommes enfants de Marie qui est la mère, jusque, et y compris, des pécheurs.

a

    Conchita est parfois accablée par la vue de sa pauvreté spirituelle: Alors la Vierge l'interpelle:

— Holà! que fais-tu?

    Elle lui reproche de se réfugier dans la vue de sa misère, et ajoute:

— Tu dois t'approcher de Moi en toute confiance. Nous entendons encore Conchita nous dire:

— Elle se présente à nous (Jacinta, Loli, Mari Cruz et Conchita) non pas pour nous, ni pour le village, ni pour l'Espagne, mais pour le monde entier. A cause de cela, répandons son Message dans tout l'univers.

— C'est notre mère, Marie, qui nous a avertis déjà beaucoup de fois que si nous ne changeons pas, son Fils nous châtiera. Mais nous faisons la sourde oreille.

— Ce ne sont pas les peines, les douleurs du Châtiment qui doivent nous affliger. Mais nous devons nous affliger d'être la cause de ce Châtiment par nos nombreux péchés contre Jésus et Marie.