A Quand le Grand Miracle ?...

Beaucoup de ceux qui croient à GARABANDAL attendent le Miracle presque chaque année, sans tenir compte des événements annoncés par Notre Dame et qui doivent le précéder. Dans l'interview qui suit, le Père François Turner, connu comme historien de Garabandal, jette quelque lumière sur ce sujet.

Q. Certaines personnes qui semblaient assez bien informées sur Garabandal s'attendaient à voir le Miracle se produire en 1984. Comment pouvaient-elles penser cela, alors que les autres événements annoncés par Notre-Dame et devant venir avant ne se sont pas accomplis ?

R. Il faut d'abord rappeler ce qui suit :
 
1) Le Miracle se produira un jeudi à 20 h 30.
2) Entre le 7 et le 17 (tous deux exclus) du mois.
3) En Mars, Avril ou Mai.
4) Un jour de fête d'un martyr de l'Eucharistie ; martyr qui n'est pas espagnol et a un nom raro = peu usité en Espagne.
5) II coïncidera avec un événement rare, important et heureux pour l'Eglise et les chrétiens ; il aura lieu le même jour.

Q. Avant que le miracle ne se produise, l'évêque de Santander n'est-il pas supposé recevoir un signe personnel ?...

R. Oui, l'évêque sait que cela a été annoncé. Ce signe sera-t-il surnaturel ? Certains le pensent, d'autres pas. Conchita a dit que ce serait una prueba muy grande = une preuve très grande.

Q. Mari-Loli a dit qu 'avant le miracle, le communisme dominerait le monde. Peut-on dire qu'il en est ainsi maintenant?

R. Il n'est pas déraciné. En lisant attentivement ce qu'elle a dit le 19 octobre 1982, on constate qu'il y a sur ce point, comme elle le reconnaît, une très grosse part d'interprétation personnelle (Voir plus loin dans les interviews des voyantes).

Q. Mari-Loli a dit aussi que peu avant l'Avertissement, il serait très difficile aux prêtres de célébrer la Messe. Peut-on dire que nous en sommes venus à ce point ?

R. Pas en Europe occidentale ni en Amérique. Mais il y a bien des pays où cela est actuellement vécu.

Q. Conchita a dit que la Sainte Vierge donnerait du temps avant le Miracle pour la diffusion du Message avec la permission de l'Eglise. Cette permission l'avons-nous ?

R. Vous l'avez dit. Toute la section du Code de Droit canonique traitant de la censure des livres (Can 1384 à 1405) a été abrogée par PAUL VI en 1966 (un an après la dernière apparition à Garabandal). Et lorsqu'on demanda au Saint-Siège si cette abrogation s'appliquait même au canon 1399 qui traitait des révélations privées, il répondit "oui" en 1967. Du fait que cela relève depuis du droit commun, il n'y a plus besoin de permission dans ce domaine, et l'on ne peut non plus l'interdire par un décret.

Q. Une autre condition préalable au Miracle serait une "désaffection assez générale des amis de Garabandal. Est-elle exacte ? et seriez-vous d'accord pour dire que cette condition n'est pas encore arrivée ?

R. Oui. Cette "condition", comme vous dites, a été annoncée. Il est établi qu'elle fait partie des annonces prophétiques de Garabandal, bien que son interprétation puisse souffrir discussion. En tout cas, Conchita savait cela deux ans et trois semaines avant d'avoir connaissance de l'Avertissement. (Les trois papes dont a parlé la Vierge à Garabandal)

    Cette "condition" est-elle maintenant réalisée ?... Pour vous répondre il faudrait pouvoir sonder le cœur des "amis de Garabandal". J'ai demandé au P. COMBE A., grand "travailleur" du Message de N.D. du Mont Carmel. Il m'a répondu : "Depuis deux ans déjà, je note que les organisateurs de réunions se font de plus en plus rares ; que "les vaillants" qui tiennent encore le coup ont de plus en plus de mal à mettre sur pied une réunion et que le nombre des auditeurs est en baisse un peu partout. Ces données, à les considérer globalement, donnent à penser qu'il s'agit bien, en fait d'une certaine "désaffection assez générale". Je laisse ces réflexions à votre méditation.

    Autre fait à bien comprendre : Conchita a dit en décembre 1962 qu'avant le Miracle, il y aurait un grand nombre de fausses apparitions "in todas partes = dans le monde entier". Pourquoi sont-elles permises par Dieu ? C'est que permission est donnée au Démon de brouiller les vraies apparitions dans la pensée et la mémoire de beaucoup (voir Mat. 24,). Ce qui ne veut pas dire que toutes celles dont on parle soient diaboliques ni même simplement fausses ; les discernements ne sont pas toujours aisés. Simulation, esprit ou imagination trop vifs, illusion de la mémoire, l'action du Démon, les inventions des faussaires, etc... ce sont des sources connues de tromperie.

P. François TURNER